Du bon usage des pansements À l’argent dans les soins des plaies

es pansements antimicrobiens, y compris les pansements à l’argent, sont utilisés dans la prévention ou la prise en charge des infections de nombreux types de plaies. Naguère, l’usage des pansementsà l’argent était considérablement répandu. Toutefois, une étude récente1 et deux revues de la littérature Cochrane2,3 ont conclu que les données disponibles sont insuffisantes pour démontrerque les pansements de ce type améliorent les taux de cicatrisation. Cette conclusion a suffi à créer des doutes dans l’esprit des acheteurs de produits de santé et à mettre en place des restrictions surla disponibilité des pansements à l’argent à l’échelle mondiale. Les cliniciens s’inquiètent de plus en plus des conséquences d’un retrait arbitraire des pansements à l’argent, qui pourrait conduire à une augmentation de la morbidité et à une prolongation de la durée du traitement résultant d’une absence de contrôle de la charge microbienne.

Des experts de l’Europe, de l’Amérique du Nord, de l’Extrême-Orient, de l’Afrique du Sud et de l’Australie se sont réunis en décembre 2011. Leur but était d’élaborer des recommandations reconnues sur le bon usage des pansements à l’argent sur la base de l’expérience clinique et de l’ensembledes données disponibles. Ce document décrit les mécanismes qui interviennent dans l’effet des pansements à l’argent et la relation entre les données in vitro et in vivo et la pratique clinique ; il expose également des raisons justifiant l’utilisation de modalités de prise en charge d’un bon rapport coûts- efficacité.

Le dossier préliminaire qui a été produit à l’issue de la réunion de consensus a fait l’objet d’une analyse approfondie par les experts du groupe de travail. D’autres experts internationaux ont égalementété consultés afin de refléter les pratiques en vigueur dans les différentes régions du monde. Ce document, qui est le fruit de ce processus, fournit toutes les informations sur lesquelles les divers experts membres du groupe de travail élargi ont atteint un consensus.

Professeur David Leaper